L’erreur du pharmacien

mini23Une joyeuse chorale chrétienne chante des cantiques sur la place du marché, non loin de la porte d’un pharmacien athée très opposé à toute manifestation religieuse. Celui-ci, furieux, sort de son officine et prend à partie le petit groupe de chanteurs.

Mais voici une petite fille qui se présente avec une ordonnance à préparer. « Monsieur, lui dit-elle, ma mère est bien malade et le docteur a déclaré qu’elle devait prendre tout de suite la potion notée sur cette feuille ». Encore sous le coup de l’irritation, notre pharmacien entre dans son laboratoire où, tandis que lui parviennent les échos d’un nouveau chant, il remplit un flacon qu’il remet à sa petite cliente.

A peine est-elle sortie que le pharmacien rangeant ses bouteilles, est saisi d’une horrible angoisse: il s’aperçoit qu’il s’est trompé! il a confondu deux ingrédients et utilisé un toxique très dangereux. Une seule cuillère suffirait à tuer la malade! Affolé, il sort et court dans la rue pour rattraper l’enfant qu’il ne connaissait pas. Mais trop tard, elle a disparu.

Que faire? Mais que faire? Et toujours ces voix qui chantent l’amour de Dieu! Il rentre vite dans son magasin, se met à genoux derrière son comptoir et supplie: « O Dieu, si tu existes et si tu m’entends, ne permets pas que cette pauvre malade prenne le poison, et je croirai en toi, je ne serai plus ton ennemi! »

A peine a-t-il fini sa supplication que la porte s’ouvre. La petite fille est là, sur le seuil, tout en larmes: « Monsieur, je suis tombée, et j’ai cassé la bouteille… »  – Assieds-toi, mon enfant; tu ne seras pas grondée. Je vais te remplacer ton remède ».

La fillette partie, le pharmacien s’assied, bouleversé, et remercie Dieu. Sa résolution est prise. Sortant sur la place du marché, il se dirige vers ceux qu’il considérait tout à l’heure comme des perturbateurs de la tranquillité publique. Il raconte devant tous ce qui vient de se passer. Sa décision est définitive; il ne résistera plus désormais à l’appel de Dieu. Ce pharmacien est devenu un fidèle chrétien.

DIEU VOUS AIME ET SON FILS  YÉSHOUA (JÉSUS)  A PAYÉ DE SON SANG LE PRIX DE VOTRE SALUT ETERNEL….LE SALUT EST UN CADEAU DE DIEU,PARCE QU’IL VOUS    AIME !..VOS OEUVRES NE PEUVENT VOUS SAUVER….(Ephésiens 2:8-9..Tite 3:5-6)

Publicités

Laisser un commentaire + email pour recevoir des réponses à votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :