Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent…

mini23Si l’enseignement révolutionnaire de Jésus-Christ était appliqué partout dans le monde, notre planète pourrait devenir une oasis de paix. Le récit vrai qui suit remonte à la Seconde Guerre mondiale.

En 1944, je fus condamné à mort par une cour martiale. Toutefois, comme j’avais une femme et quatre enfants, ma peine fut changée en un emprisonnement dans un camp spécial. Neuf mois après, je ne pesais plus que 39 kilos et mon corps était couvert d’ulcères. J’avais le bras gauche cassé et on laissait la fracture guérir sans aucun soin.

Le soir de Noël, alors que je me trouvais dans la baraque des prisonniers, en compagnie d’autres, le commandant me fit appeler. Lorsque je me présentais, je le trouvais attablé devant un plantureux repas de réveillon. Il m’obligea à me tenir au garde-à-vous pendant tout le temps qu’il mangeait et mit une heure à tout manger. C’était une façon de me torturer, car cet homme savait que j’étais chrétien et que je parlais de Jésus-Christ à mes compagnons de misère.

Dans mon cœur, j’entendis la voix de Satan, qui me dit :

– Crois-tu toujours au Ps 23.1 : Le Seigneur est mon berger, je ne manquerai de rien ?  J’élevais mon cœur dans la prière, et je dis en toute confiance : – Oui, j’y crois !  Un soldat entra, apportant une tasse de café fumant et des gâteaux. Puis le commandant se tourna vers moi et dit :

-Ta femme est une très bonne cuisinière. Depuis sept mois, elle t’envoie chaque mois un colis de pâtisserie, que j’apprécie énormément chaque fois !

Je savais que ma femme et mes quatre enfants, au cours de cette guerre, manquaient de nourriture, et que ma femme devait avoir pris sur ses maigres rations la farine et le beurre pour faire des gâteaux. Cet homme se gavait donc de la nourriture dont mes enfants étaient privés. Satan parla de nouveau à mon âme :

– Déteste ! Hais-le!, Maudis-le !

Une fois de plus, je priais Dieu et je ne ressentis pas la moindre haine pour lui dans mon cœur. Mais combien je désirais qu’il me donnât, ne fût-ce qu’un tout petit morceau de gâteau, pas pour le manger, mais tout simplement pour le regarder et me rappeler les visages de mes enfants ! Hélas, l’homme mangea tout et me lança de nouveaux sarcasmes.

– Commandant, lui dis-je, comme vous êtes pauvre ! Moi je me considère riche, parce que je crois en Dieu, et Jésus-Christ m’a sauvé de mes péchés.  A ces mots il entra dans une violente colère, me lança une bordée d’injures et me renvoya à la baraque.

A la fin de la guerre, je fus relâché comme les autres prisonniers. Dès cet instant, je me mis à la recherche de mon tortionnaire. La plupart des officiers qui avaient commandé les camps de déportation avaient été fusillés, mais j’appris que mon homme avait réussi à prendre la fuite grâce à un astucieux déguisement. Pendant une dizaine d’années, je poursuivis mes recherches, et découvris finalement le lieu où il habitait. Accompagné d’un autre chrétien, je me rendis chez lui. Au premier abord il ne sembla pas me reconnaître.

– Vous souvenez-vous de Noël 1944 ? dis-je. Je suis le matricule 175 !

Il devint blême et se mit à trembler. Sa femme qui se tenait à côté de lui, fut saisie d’une peur panique.

– Êtes-vous venu…vous venger ?

– Il y a dix ans que je vous cherche ! répondis-je

J’ouvris un paquet que nous avions apporté, en sortis un grand gâteau, et demandai à la femme de nous faire du café. Ensuite, tous les quatre, nous bûmes le café et mangeâmes le gâteau. Le visage inondé de larmes, l’homme me demanda pardon.

– Je vous ai pardonné à cause de Jésus-Christ à l’instant même où vous m’aviez persécuté, lui dis-je.

Environ deux ans plus tard, cet homme et sa femme mirent leur confiance dans le Seigneur Jésus-Christ et devinrent, avec leur famille, des chrétiens rayonnants.

Auteur : 

Source : Croire & Servir (Croire & Vivre)www.lueur.org

Pour mettre un commentaire ci-dessous: pas besoin de mettre votre email ou votre nom.

Publicités

18 Réponses

  1. Merci et bien ça c’est vraiment de l’amour qui vient de Jésus et c’est ce qu’il veut que nous fassions nous-même envers tous nos ennemis. C’est ce qu’il a fait pour nous et c’est un exemple qu’Il nous a donné. (QDTB)

  2. Anne-Laurence Le Cornec | Réponse

    J’ai lu cet extraordinaire témoignage il y a quelques semaines et j’en ai été profondément bouleversée. Il me semble maintenant très clair que le pardon spontané et immédiat ne peut découler que d’un cœur totalement transformé, consacré et rempli d’amour. Car comme l’a si bien dit Oswald Chambers, « Ce qui caractérise l’amour, c’est sa spontanéité ». C’est l’Amour qui découle de la croix, l’Amour inconditionnel qui dans les pires circonstances ne peut pas ni ne venger, ni tenir rancune, mais effacer la faute. Je voudrais tellement posséder cet Amour Divin pour le répandre autour de moi ! Seigneur Jésus, remplis mon cœur de cet Amour infini, totalement pur et désintéressé, capable de tout pardonner, de tout excuser, de tout comprendre.

  3. Merci pour ce beau témoignage qui m’as donné des frissons. Que le Seigneur nous donne toujours cette Paix qui surpasse toute intelligence.

  4. Un témoignage bouleversant et tellement fort et réconfortant…Guidé pat l’Esprit, le prisonnier a choisi le pardon…Au lieu d’être rongé et détruit par la haine et le désir de vengeance, il s’est laissé restaurer par l »amour de Jésus qui lui a permis d’entrainer avec lui son ancien tortionnaire …et de le sauver…La où d’autres auraient choisi de se venger et de rendre le mal pour le mal, il a sauvé une âme…Et la paix qu’il a du ressentir à ce moment là, l’a lavé de toutes ses souffrances passées…

  5. Merci pour cette belle histoire, que Jésus nous aident à aimer les gens qui nous persécutes et nous maudises.

  6. Très fort témoignage. Bouleversant.
    Soyez bénis mon frère.

  7. merci pour ce témoignage belle preuve de l’amour de Dieu pour nous pardonner et pas facile mais ne nous coute rien pour Dieu le pardon a couter la vie de son fils bien aimé l’objet de tout son Amour ne prenons le pardon a la légère cars lui DIEU le prend très au sérieux . père je te prie aide moi a aimé comme tu a aimé a pardonner comme tu a pardonner sans toi je ne peut rien faire amen!!!!!!!!!!!

  8. Je connaissais déjà ce récit, mais le fait de le relire à nouveaux me bouleverse.
    Le Frère qui à vécu cela, est vraiment en la circonstance à la hauteur de son engagement Chrétien. Quoi dire de plus, si non entrer en méditation est demander au Seigneur d’être aussi digne en pareil cas, si cela devait se produire; au nom de Jésus, amen.

    Très bel exemple contemporain; que Dieu vous bénisse, amen.
    Maranatha.

  9. Quel beau témoignage!
    Je confirme que ce que ce prisonnier a pu ressentir comme paix dans l’épreuve en se tournant vers Jésus est bien réelle: je l’expérimente chaque jour; c’est comme si, lorsque l’on a mal, le baume est juste le mot JÉSUS! Il est comme un médicament pour le cœur, Il est comme le meilleur tranquillisant pour l’esprit qui s’emballe: c’est le meilleur baume et celui-là on peut l’utiliser sans modération! Il est meilleur avec exagération!
    Lorsque vous le prononcer, immédiatement vous êtes envahit de douceur, de chaleur… (c’est drôle: tout à l’heure, comme ça, gratuitement, alors que ça va, j’ai eu envie de dire JÉSUS et j’ai ressenti ces sensations réelles, physiques, comme si quelque chose passe sur vous, et je Lui disais ce que je viens de vous dire!)
    N’hésitez pas! Merci Seigneur!

  10. Merci pour ce partage, merci Seigneur pour cet homme qui à travers l’épreuve a pardonné à son tortionnaire, merci pour ce privilège que tu nous donne de pardonner à ceux qui nous font souffrir…. À Toi toute gloire pour l’éternité… Amen.

  11. Que de frissons en lisant cette histoire, que j’avais déjà lu, il y a quelques années. C’est un exemple de vie que nous nous devons, enfants de Dieu d’être. Parce qu’au plus profond de l’abîme, nous ne sommes jamais seuls, Jésus Est avec nous, tout comme l’a été Daniel dans la fosse au lions. Merci encore pour ce merveilleux message, qui m’apprend encore et encore. Soyez tous bénis en abondance, mes frères et mes sœurs en Christ, je vous aime !

  12. j’avais déjà entendu ce témoigne, très bouleversent, notre Dieu est grand et Il aime le pécheur, pas le péché.

  13. jeannine.sanchez@gmail.com | Réponse

    magnifique témoignage!
    que le Seigneur nous remplisse de son Saint Esprit pour qu’à notre tour nous rendons Gloire à Dieu en pardonnant…..

    1. Il n’y a que l’Amour de Dieu pour nous permettre de pardonner de telles souffrances ou humiliations;Quelle grâce nous avons

  14. Harzée Brigitte | Réponse

    merci pour ce bouleversant récit…Ho ! Père Éternel merci de m’aider à pardonner à l’image de notre Seigneur et Sauveur Jésus CHRIST car sans TOI , il me serais impossible de pardonner !!! que ton nom soit sanctifié pour les siècles des siècles amen

  15. formidable ceux que dieu peux transformes nos coeur amen

  16. Trocmé Patrick | Réponse

    je connaissais ce témoignage pour l’avoir écouté sur cassette ! Quel témoignage !

  17. Merci pour ce message…..Dieu soit loué pour le pardon qu’IL nous accordes…et la paix qu’il dépose dans nos cœurs pour d’autres……à LUI soit TOUTE LA GLOIRE. Amen!

Laisser un commentaire + email pour recevoir des réponses à votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :